KaZeo
Fermer
Oldicaces >>
  Créer son blog KaZeo Vendredi 31 octobre 2014   St Quentin  
Géologie dans le nord pas de calais
   
 A propos de moi
 Mon pseudo : cobra62800
 Me contacter
 En savoir plus sur moi
 
 Mes rubriques
 Articles
 Achats
 Archéologie
 Mes blog préferés
 Coustouge (11 aude)
 Critque du blog
 Mes découvertes
 Détection
 Les différentes associations géologiques
 Les différentes bourses
 Les dinosaures
 Droit de l'archéologie
 Egypte
 Evolution de l'homme
 Gallo-romain
 Géologie
 Géologie et archéologie locale
 Gohellium 2007
 Les lieux et musées à visiter
 Les mammouths
 Les météorites
 Minéralogie
 Oiseaux
 Partenaires du blog
 Photos
 Poissons
 Refencement pour blog
 Remerciement
 S.e.g.m.g
 Les sortie a faire dans la region
 Les volcans
 Ecouter la radio
 Qu'elle heure est il à l'étranger
 Divers
 Forums
 Microminerals
 Sortie 2008
 Les réunions s.e.g.m.g
 Necrologie
 
 Mes services
 Météo
 Horoscope
 Convertisseur de devises
 Cartes routières
 Oldipotins
 Actualités
 Sorties cinéma
 Prog Tv Herzienne
 Prog Tv Tnt
 Prog Tv Cable
 Actualités musicales
 
 Choix du design
 
 
 Parrainage
Titre de votre futur blog :
 
 
 Sommaire des articles de cette rubrique
   
 Nom des tribus gauloise
 

Peuples gaulois

Régions et départements [menu]         

Les Gaulois sont avant tout des immigrés, celtes originaires d'Europe Centrale ou de la région située entre l'Oural et le Caucase.
Comme les peuples qui les précèdent sur le territoire de l'Europe occidentale, non celtes, puis, après eux, les Romains, des peuples germains, les Francs, les Burgondes, les Wisigoths, les Scandinaves en Normandie, etc., ils ont conquis par la force ou se sont installés sur des territoires alors probablement peu peuplés, entre 1500 et 75 avant notre ère, la majorité entre 700 et 400 avant notre ère.
Ils se sont ensuite progressivement intégrés aux populations qui les précédaient et ont introduit langues et progrès techniques.
Après la conquête romaine, le même phénomène d'assimilation et de fusion entre les peuples s'est reproduit; les Romains ont introduit à leur tour langues et progrès techniques tout en conservant certains aspects de la civilisation gauloise.
Le nom de Gaulois, comme le nom générique des Celtes, leur a été donné par les Grecs.
Les langues celtes et le latin, parmi d'autres, sont issues d'un réservoir commun indo-européen, ce qui explique qu'un nombre de mots assez importants aient des ressemblances car ils ont des racines communes.
Certains noms de tribus gauloises leur ont été donnés par Jules César dans ses descriptions de la Gaule; il a donné les noms gaulois qu'il connaissait et a inventé des noms descriptifs pour les autres.

A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K, L, M, N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z

         A

50
ouest d'Avranches
59
peuple belge du Hainaut aujourd'hui français et autour du confluent de la Sambre et de la Meuse
37
02
Laon
Leur nom signifie tribu des alouettes.
13
plaine de la Crau
81
67
38
Dauphiné et Savoie.
On désigne en fait également sous ce nom une confédération de peuples clients relativement homogène, dont les Isarci, les Graïocèles, les Ceutri, les Nantuates et les Chalbici.
Le Rhône était leur principal axe de communication et de développement, ce qui rendait les routes allobroges particulièrement vitales dans les communications nord-sud de la Gaule, dans le prolongement de la Saône contrôlée par les Eduens. Leurs villes principales étaient Genaba (Genève) et Vienne.
Hannibal traversant les Alpes en 218 avant notre ère les trouve là et arbitre l'un de leurs très nombreux conflits de pouvoir. En 121 avant notre ère, opposés à la création de la Narbonnaise par le consul Cnaeus Domitius Ahenobarbus, ils s'allient aux Arvernes et se soulèvent avec eux contre Rome; vaincus à Valence, ils sont alors incorporés à la Narbonnaise. Voisins des Séquanes, des Ambarres, des Helvètes, des Voconces, des Ségusiaves et des Helviens, ils subissent en 58 avant notre ère la poussée expansive de leurs voisins helvètes qui est l'une des origines de la Guerre des Gaules. Après la conquête, de guerriers (les Allobroges fournissaient des mercenaires dans toute la Méditerrannée) les Allobroges devinrent rapidement agriculteurs.
Les Allobroges sont l'un des peuples gaulois les plus abondamment cités dans la littérature latine. Polybe, César, Tite-Live, Strabon les décrivent. Juvénal indique que leur nom signifie ceux d'un autre pays.
Cf. Nitiobroges.
01
Ambérieu, Bresse, Bugey. Leur capitale était Izarnodurum (Izernore)
Leur nom signifie ceux qui sont autour de la rivière (ici, la Saône).
Cf.Aulerques Ambarres.
80
peuple belge faisant partie de la confédération des Bellovaques, établi autour du bassin de la Somme jusqu'à la Canche au nord et la Bresle au sud.
Leur capitale était Amiens.
Leur nom signifie ceux de la rivière.
Jules César estime à 5000 le nombre de soldats ambiens engagés contre ses troupes.
50
est d'Avranches; ils appartenaient à la confédération armoricaine.
61
Orne, mais également une petite région entre les Herbiers et Clisson
04
peuple d'origine belge ayant occupé successivement les côtes flamande, belge et néerlandaise, mais également les vallées de la Tinée et de Barcelonnette, dans les Alpes du sud, une partie du Bourbonnais, la vallée de la Besbre et Ambierle, dans les monts de la Madeleine.
87
peuple appartenant à la confédération des Andes.
Leur capitale était (Civitas) Andecamulenses (Rançon)
49
Anjou.
Leur capitale était Angers.
33
Jules César appelle ainsi tous les peuples situés entre la Vendée, le territoire des Arvernes et le territoire des Vascons, mais il n'est pas certain qu'il s'agissait là d'une vraie confédération.
34
56
peuple apparenté aux Pictes, dont le territoire s'est d'abord étendu entre la Seine et la Loire, puis vers la péninsule bretonne après l'extension des Carnutes et la disparition progressive des Pictes, émigés pour partie vers les îles britanniques.
Leur nom signifie ceux qui sont près de la mer
63
Auvergne.
On désigne en fait également sous ce nom la clientèle du peuple arverne proprement dit. Parmi les peuples clients des Arvernes on compte les Cadurques, les Gabales, les Vellaves, les Heleuteri, les Ségusiaves , les Ruthènes et les Helvii, ainsi que les habitants de la Combraille et du Forez.
Ils occupaient le massif central et certaines régions limitrophes, comme la Limagne et la vallée de l'Allier, mais Néris et Montluçon, par exemple, étaient des villes bituriges. La frontière entre le pays arverne et le pays biturige était l'immense forêt de Pionsat, alors pratiquement inhabitée. Les essartages de la forêt furent d'abord l'oeuvre des Romains.
Leur capitale était l'oppidum de Gergovie, localisé près de Clermont-Ferrand, soit sur le plateau de Merdogne (où les fouilles de Napoléon III ont effectivement mis à jour un oppidum gaulois), soit sur le plateau de Chanturgues, au nord-est de Clermont-Ferrand, sur la commune de Durtol (où des fouilles ont également localisé des restes d'un camp gaulois entouré par un camp de siège romain, et dont l'emplacement correspond mieux au texte de Jules César).
Le Puy-de-Dôme, véritable mont Olympe des Arvernes, était la résidence de tous leurs dieux. Les sources thermales de la Bourboule, du Mont-Dore, de Royat, de Vichy, de Chaudesaigues et de Volvic étaient déjà connues et exploitées pour leurs vertus thérapeutiques. A Saint-Nectaire se trouvait un autre de leurs sanctuaires.
Leur nom signifie ceux qui sont supérieurs
Les Arvernes étaient un peuple de clans, comme les Scots, et cela est probablement dû à leur disposition géographiques dans des vallées isolées par des montagnes d'altitude relativement élevée. Chaque vallée était occupée par une seule famille et ses clients. Comme les Eduens, les Arvernes, ne pouvant compter sur une quelconque richesse agricole, étaient souvent mercenaires ou, comme beaucoup de peuples de montagne, des travailleurs itinérants.
Jules César estime à 35000 le nombre d'Arvernes et clients mobilisés contre lui.
62
peuple belge des Flandres aujourd'hui françaises, dont la capitale était Nemetacum (Arras)
Leur nom signifie ceux qui se réunissent en villages, de treb (bourg, village, agglomération).
Jules César estime à 4000 le nombre de soldats atrébates engagés contre ses troupes.
14
Normandie
On désigne en fait sous ce nom une confédération de peuples, dont les principaux sont les Aulerques Sagii, les Aulerques Cennomans, les Aulerques Ambarres, les Calètes, les Véliocasses, les Lexovii (Lisieux, mais une partie de ce peuple n'a pas dépassé la Lorraine), les Baïocasses, les Ambiliates, les Viducasses, les Abrincates (Avranches), les Aulerques Brannovices (qui n'ont pas dépassé le Charolais), les Eburovices, les Venelles, les Esuviens et les Diablinthes.
Leur nom signifie ceux qui sont loin de leurs traces
49
71
Charolles, Brionnais
Leur nom signifie ceux qui vainquent avec les corbeaux, de branno (corbeau) + vix (vainqueur)
72
Perche.
Leur capitale était Le Mans.
Jules César estime à 5000 le nombre de soldats cennomans engagés contre ses troupes.
61
32
peuple de l'Aquitaine, Auch

         B

14
Bessin.
Leur capitale était Augustodunum (Bayeux).
[B]
nom donné par Jules César à tous les peuples situés au nord de l'Escaut. Les principaux sur le nord de la France sont les Calètes, les Véliocasses (qui étaient également apparentés aux Aulerques), les Aduatuques, les Atrébates, les Bellovaques, les Ambiani, les Menapii, les Nerviens, les Morins et les Eburons.
01
peuple client des Allobroges dont la capitale semble avoir été transférée vers 500 de notre ère de Aoste à Belley. Ce peuple correspond probablement aux "Allobroges d'outre-Rhône" dont parle Jules César.
60
peuple belge occupant l'actuel département de l'Oise, Beauvais, Senlis, "les plus courageux des Belges" selon Jules César.
Leur capitale était Bratuspantium (peut-être Grattepanche).
Jules César estime à 10000 le nombre de soldats bellovaques engagés contre ses troupes.
65
Bigorre
18
Bourges.
On désigne en fait sous ce nom une confédération de peuples, dont les principaux sont les Bituriges Cubi, les Bituriges Segalauns, et les Bituriges Vivisci.
Leur nom signifie les rois du monde.
Jules César estime à 12000 le nombre de soldats bituriges engagés contre ses troupes, sans indication particulière.
18
Les plus puissants des Bituriges, dont la capitale était Avaricum (Bourges), dominaient politiquement et économiquement la Gaule celtique.
Leur territoire s'étendait sur les plateaux du Limousin, Orléans, une partie de la Bourgogne, le nord-est de l'Aquitaine.
Leur richesse, basée sur l'élevage du mouton et la production de tissu et de fer, était immense. Ce furent eux qui mirent à la tête des Arvernes Vercingétorix, afin de contrer les armées romaines lors de la conquête. Mais, poursuivis par Jules César après leur défaite à Genabum (Orléans), ils furent ensuite battus et massacrés à Avaricum (Bourges). Les Bituriges ayant empêché Vercingétorix de brûler la ville, Jules César y trouva des réserves abondantes qui lui permirent de passer l'hiver et de préparer le siège d'Alesia.
26
Bituriges Segalauns ou Segalaumes
Sologne, mais aussi Drôme et Ardèche, Valence et Valentinois, également apparentés aux Voconces et aux Allobroges.
33
Bituriges Vivisci
Vendée et Bordeaux (Burdigala), leur grande ville, fondée peu de temps avant la conquête romaine sur l'immense territoire de Bituriges partis vers la Garonne afin d'avoir un accès à la mer.
peuple donné par Jules César pour client des Eduens, mais dont, faute de toute autre information, on ignore le territoire.
04
03
Bourbonnais et Aquitaine.
D'origine hercynienne ou germaine, peut-être non celtes, remarquables guerriers selon Jules César, ils ont suivi les Helvètes vers l'ouest lorsque ceux-ci ont été chassés par les Cimbres et les Teutons.
En 58 de notre ère, c'est à la demande expresse des Eduens qu'ils se fixent au sud du territoire des Eduens entre la Loire et l'Allier, sur l'actuelle Sologne bourbonnaise, puis ils dominent et contrôlent petit à petit; tout le Bourbonnais, avec l'accord des Arvernes, des Bituriges et des Eduens, à qui ils servaient de tampon et de protection.
Leur capitale en Bourbonnais était Gorgobina (Saint-Révérien), dans le Bazois.
Très dispersés par les guerres qui les ont fait fuir l'Europe centrale et qui les ont fait devenir mercenaires, ils se sont également installés dans le Médoc, le bassin d'Arcachon, et une partie des Landes jusqu'à Parentis et Sanguinet, mais également en Italie dans la plaine du Pô et en Allemagne autour des sources du Danube, en Bohême et en Bavière qui leur doivent leurs noms respectifs. Leur capitale en Aquitaine était La Teste-de-Buch.
Jules César estime à 2000 le nombre de soldats boïens engagés contre ses troupes, mais on ne sait pas si ces Boïens venaient d'Aquitaine ou du Bourbonnais.
peuple de Tarentaise et du Briançonnais, parfois confondus avec les Brannovices
71
Brannovices
05
Briançon
Leur nom signifie ceux des forteresses ou des montagnes
56
Bretagne.
On désigne en fait sous ce nom une confédération de peuples, dont les principaux sont les Namnètes, les Venètes, les Redons, les CoriosolitesCassitérides, les Osismes et les Pictons.
21
Bourgogne, peuple germain arrivé tardivement, au premier siècle avant notre ère, sur le territoire des Eduens et des Séquanes. Ils n'occupaient, au moment de la conquête des Gaule, qu'une toute petite partie des vallées de la Loue et de la Saône, ainsi que Belfort. A leur extension maximale ensuite, vers le cinquième siècle de notre ère, ils occupaient l'Alsace, la Lorraine, la Savoie et une partie de la Suisse, puis toute la vallée de la Saône et du Rhône jusqu'à la Méditerranée.

         C

46
Cahors et Quercy, peuple client des Arvernes
L'emplacement de leur oppidum principal n'est pas certain.
55
peuple d'origine belge dont le territoire était situé entre les vallées de la Meuse et de la Moselle. La rivière Chiers en garde le nom, ainsi que la région belge du Carolgau.
76
peuple belge, pays de Caux. Leur capitale était Juliobona (Lillebonne)
Leur nom signifie les vaillants
28
pays de la Loire, de l'Eure et du Perche.
On désigne en fait sous ce nom une confédération de peuples, dont les principaux sont les Durocasses. Leur capitale était Chartres; leur grand centre religieux Saint-Benoît-sur-Loire.
Leur nom signifie ceux qui ornent leur casque de cornes, de caern (corne). Leur dieu tutélaire était d'ailleurs Cernunnos, le dieu aux cornes de cerf, dont le nom vient de la même racine.
Jules César estime à 12000 le nombre de soldats carnutes engagés contre ses troupes.
22
îles côtières de Bretagne et de Normandie, et probablement nom de leurs habitants
51
Champagne pouilleuse, peuple client des Remii.
Leur capitale était Duro Catalaunum (Châlons-sur-Marne). Une partie de ce peuple a fondé une colonie entre Perpignan et Barcelone, la Catalogne.
57
peuple d'origine germaine proche ou client des Médiomatriques.
Ils ont donné leur nom à Cattenom.
05
Embrun, Chorges et haute vallée de la Durance.
Leur nom signifie rois du combat et vient de catu (combat) + rix (roi).
84
72
Cennomans
38
peuple de la Tarentaise qui avait établi une colonie à Douai
73
petit peuple de la Savoie actuelle, client des Allobroges
74
peuple du Chablais, appartenant à la confédération allobroge.
64
rive gauche de la Garonne, Dax, au sud des Garumni
83
08
peuple d'origine belge dont le territoire était situé entre les Ardennes et la vallée de la Meuse.
09
Couserans. Leur capitale était Lugdunum Consoranorum (Saint-Lizier).
31
Comminges et comté de Foix.
Strabon donnait pour célèbres à son époque déjà les cinq villes d'eaux des Convenae, dont Onesorium Thermae (Bagnères-de-Luchon) et Aquae Convenarum (Capvern).
22
département actuel des Côtes-du-Nord.
Quimper était probablement l'une de leurs villes.
Leur nom vient de corio (armée).

         D

61
28
Dreux
Leur nom signifie les guerriers de la colline fortifiée, vient de durum (colline fortifiée) + cassi (guerrier)

         E

08
Hainaut, vallée belge de la Meuse jusqu'au Rhin, Ardennes.
Leur dispersion dans la forêt ardennaise était leur meilleure protection; pour les battre, Jules César dut demander aux tribus voisines de piller leur territoire. Malgré l'importance du butin espéré, les tribus germaines ne purent les vaincre.
Leur nom signifie les sangliers, qui est toujours le symbole des Ardennes.
72
Perche, rive gauche de la basse Seine, Evreux, mais également Lozère, peuple client des Aulerques.
Leur nom signifie ceux qui vainquent avec l'if, leur arbre sacré.
Jules César estime à 3000 le nombre de soldats éburovices engagés contre ses troupes.
71
Autun, Morvan
Leur territoire proprement dit est approximativement situé entre les vallées de la Dheuce, de la Bourbince, de l'Arroux et de l'Ouche, grandes routes gauloises.
La Saône était leur principal axe de communication et de développement, ce qui rendait les routes éduennes particulièrement vitales dans les communications nord-sud de la Gaule, dans le prolongement du Rhône contrôlé par les Allobroges. Ils occupaient également le confluent de la Loire et de l'Allier, et par là les routes fluviales vitales des Arvernes.
L'Ouche, l'affluent de la Saône qui traverse Dijon, les séparait des Lingons.
Le Morvan constituait une forteresse qui fit de leur territoire la pièce maîtresse de la défense gauloise contre l'armée de Jules César.
On désigne en fait sous ce nom une confédération de peuples, dont les principaux clients sont les Aulerques Brannovices, les Mandubiens et les Epomandui. Les peuples clients des Eduens occupaient un territoire très important, approximativement délimité aujourd'hui par Moulins, Nevers, Mâcon, Avallon et Beaune, au carrefour des principales routes gauloises, et en particulier de celles provenant de Rome. Leur clientèle était fort importante, ce qui faisait de Bibracte (au Mont Beuvray, dans le Morvan), leur oppidum et capitale, une ville riche et réputée. Les autres villes importantes des Eduens étaient Noviodunum (Nevers) Cabillonum (Chalon), leur principale ville commerciale, Matisco (Mâcon), Belina (Beaune) et Decetia (Décize, dans le Morvan). Alesia, capitale des Mandubiens, était une remarquable place forte, mais pas une ville de grande importance.
Leur nom signifie les ardents.
Situés le long d'un important axe de communication, les Eduens firent très tôt du commerce avec les Romains, mais leur impétuosité les rendait peu fiable et ils ne furent pas alliés.
Traditionnellement, les Eduens étaient opposés aux Arvernes, à qui ils disputaient la suprématie militaire de la Gaule centrale. Il existait des péages pour passer du territoire des Eduens à celui des Arvernes. A l'époque de la conquête romaine, Jules César essaya de les mettre de son côté, mais leur esprit d'indépendance vis à vis de l'occupant, puis leur défaite devant les Suèves d'Arioviste près de Pleure, les força politiquement à rechercher l'alliance avec leur ennemi traditionnel.
Au début de la guerre des Gaules, lorsque la pression des Helvètes se fit forte sur les Eduens, Jules César joua d'ailleurs de la rivalité entre le vergobret Liscus, qui lui restait fidèle, et Dumnorix, chef militaire et frère du druide Divitiaco, qui le trahit.
Leur richesse est probablement dûe à leur puissance militaire, car les Eduens, habitant une région peu propice à une exploitation agricole permettant le commerce de leurs produits, étaient souvent mercenaires.
Il faut noter qu'après la conquête romaine, Bibracte détruite, les Romains construisirent pour les Eduens une nouvelle capitale, Augustodunum (Autun), ville gallo-romaine.
Jules César estime à 35000 le nombre d'Eduens et clients mobilisés contre lui.
peuple donné par Jules César pour client des Arvernes, mais dont, faute de toute autre information, on ignore le territoire
32
34
Languedoc.
Il s'agit d'un des peuples salyens. Ensérune était leur oppidum et leur riche capitale, dominant la voie Domitienne.
25
Montbéliard. Les Epomandui faisaient partie des Mandubiens, eux-même faisant partie des Eduens.
Leur nom signifie guerriers du cheval.
61
peuple armoricain établi près d'Eu et sur une partie du département actuel de l'Orne.

         F

59
Flandres et Artois.
On désigne en fait sous ce nom une confédération de peuples germains.
Chassés du nord de l'Europe par l'effondrement du rivage de la mer Baltique eu II° ou au I° siècle; avant notre ère, arrivés en Gaule très peu de temps avant la conquête romaine ou dans les deux siècles qui l'ont suivie, ils ont donné leur nom à la France
Les principaux Francs sont les Francs Saliens (Flandres).

         G

43
Gevaudan, peuple client des Arvernes
Leur capitale était Javols.
Leur nom signifie ceux qui ont des javelots, de gaeba (javelot). Le javelot gaulois, contrairement au pilum romain, était une arme sophistiquée, dotée d'une lanière servant de propulseur.
02
peuple de Picardie et de la Thiérache probablement différent de celui de Turquie.
A noter que selon les Grecs, Galates est le véritable nom des Celtes.
05
haute vallée la Durance.
64
rive gauche de la Garonne, au sud des Vocates et au nord des Tolosates.
33
peuple appartenant aux Volques Tectosages, occupant la rive gauche de la Gironde et la côte atlantique jusqu'au bassin d'Arcachon.
08
Ardennes belges, vallées de la Sambre et de la Meuse.
02
peuple de l'actuelle Picardie appartenant à la confédération des Sarmates
02
peuple de Picardie, cousin des Lètes, client des Nerviens.
73
Alpes Grées, Mont-Cenis, peuple client des Allobroges.
Jules César cite leur capitale, Ocelum, qui n'a pu être localisée.

         H

Suisse.
Chassés par les Cimbres et les Teutons, ils ont commencé à migrer vers l'ouest en direction du territoire des Santons au moment de l'arrivée de Jules César en Gaule, déclenchant beaucoup de conflits avec les différents peuples qui se trouvaient sur leur chemin.
La confédération helvète était formée des Verbigeni, des Tigurini, des Ambrones (de amba, petite rivière) et des Tugeni.
Les Helvètes, non celtes, proches des Germains, avaient appris de ceux-ci l'ordre de bataille en tortue, en rangs serrés sous les boucliers accolés, appelé par Jules César phalange. Les Romains pratiquaient également la tortue et l'appelaient pour eux-mêmes testudo.
Jules César, très précis sur ce point, donne pour 368 000 le nombre de guerriers helvètes au début des batailles, moins de 130 000 après.
07
Vivarais.
Il s'agit d'un peuple client des Arvernes, différent des Helvètes, mais tout de même apparenté.
12
Causses

         I

peuple originaire de la péninsule espagnole et dont les colonies de peuplement en Gaule sont antérieures à la présence celte.
Les Ibères n'étaient pas celtes.
73
peuple appartenant à la confédération des Allobroges, dont le territoire est considéré comme situé en Savoie.

         J,K

         L

32
86
Limousin et Poitou, jusqu'à la mer. Plusieurs îles côtières leur appartenaient, comme l'île de Ré. L'une de leurs villes était Lemonum (Limoges).
Les Lemovices sont connus pour le commerce de vin d'Italie contre des esclaves avec la Méditerranée. Les monnaies lemovices, contrairement à la plupart des monnaies gauloises, ont voyagé dans tout le bassin méditerranéen.
Le silence fait par Jules César sur les Lemovices, qu'il ne pouvait ignorer puisqu'il avait traversé leur territoire pour se rendre du territoire des Pictes vers le territoire des Cadurques, étonne. Probablement, les Lemovices, du fait même de leurs liaisons commerciales anciennes avec la Méditerranée, étaient-ils des alliés précieux en même temps que secrets de Rome.
Jules César estime toutefois à 10000 le nombre de soldats lémovices engagés contre ses troupes.
Après la conquête, Jules César y installa plusieurs camps, dont celui de Villejoubert (Haute-Vienne), dont on ignore le nom romain (peut-être Durotincum), pour protéger l'intersection des routes qui menaient du territoire des Arvernes à la mer et de celles qui allait des territoires des Aulerques et des Bituriges à l'Aquitaine.
Leur nom signifie ceux qui vainquent avec l'orme dont était faite leur lance, de limo (orme).
02
peuple de Picardie, cousin des Gentiles, client des Nerviens
54
Toul, Saintois et haute vallée de la Moselle, Vosges du sud, Scarpone (Dieulouard), Solimariaca (Soulosse-sous-Saint-Elophe), Nasium.
L'un de leurs chefs, Matugenos, est connu par les nombreuses pièces à son effigie retrouvées en différents lieux de fouilles.
Comme les Médiomatriques, César les classait parmi les Belges.
Leur nom signifie les brillants ou les fulgurants, de luk (blanc).
14
Leur territoire était délimité par la Dives, la Risle, les collines du Perche et la mer.
Leur capitale normande était Noviomagus (Lisieux)
Selon Strabon, les Lexovii commerçaient avec le midi méditerranéen et l'île de Bretagne; ils échangeaient l'étain et le plomb de Cornouailles contre le vin et l'huile du sud.
peuple originaire de la péninsule italienne et dont les colonies de peuplement en Gaule sont antérieures à la présence celte.
Les Ligures n'étaient pas celtes.
52
peuple germain établi autour du plateau de Langres, entre les sources de la Marne, de la Meuse, de la Saône et de la Seine.
Les hautes vallées de la Seine et de la Marne étaient leurs axes vitaux. La Saône les séparait des Séquanes; l'Ouche, l'affluent de la Saône qui traverse Dijon, des Eduens.
Divio (Dijon) était un de leurs lieux de culte. Traditionnellement alliés des Romains, ils furent l'un des deux grands peuples de la Gaule Celtique totalement absents à Alesia.
Leur nom signifie les sauteurs

         M

21
petit peuple faisant partie de la confédération des Eduens, dont l'oppidum et capitale était Alesia.
Leur territoire comprenait une partie des contreforts ouest du Jura et du Morvan, ainsi qu'une portion de la vallée de la Saône, ce qui explique la difficulté qu'ont eue les historiens à localiser Alesia parmi une douzaine de sites envisageables.
Leur nom signifie ceux qui foulent aux pieds.
67
entre Rhin et Main, autour de Strasbourg
57
Metz, la vallée de la Seille et basse vallée de la Moselle.
Peuple très puissant, peut-être d'origine belge, mais qui ne s'est jamais rattaché à aucune fédération. Très tôt romanisés, les Médiomatriques devaient leur richesse au commerce du sel et de la viande salée.
Leur capitale était Divodurum (Metz); parmi leurs autres villes Scarpone (Dieulouard, ville-frontière), Ibliodurum (Ville-sur-Yron, ville-frontière), Marsal (même nom en français), Decempagi (Tarquimpol), peut-être Amance. Ils occupaient également le nord de l'Alsace et les Vosges du Nord.
Comme les Leuques, César les classait parmi les Belges.
Jules César estime à5000 le nombre de soldats médiomatriques engagés contre ses troupes.
33
Médoc et Entre-Deux-Mers.
Leur nom signifie les buveurs d'hydromel. Les plantations de vignes datent de l'époque gallo-romaine, mais la région était déjà au néolithique grande productrice de miel.
77
Meaux, Melun.
Peuple client des Suessiones, une partie de ce peuple était établi près de Bruges.
84
capitale Carpentras, séparés des Voconces par le mont Ventoux.
62
peuple belge des Flandres belges, estuaire de l'Escaut, deltas de la Meuse et du Rhin.
Leur capitale était Castellum Menapiorum (Cassel).
62
peuple de marins établi en Flandres, Boulonnais, Saint-Omer, Saint-Pol.
Leur capitale était Taruenna (Thérouanne), leurs deux grands ports, Bononia (Boulogne), et Le Portel.
Leur nom signifie ceux de la mer
Jules César estime à 5000 le nombre de soldats morins engagés contre ses troupes.

         N

44
Nantes, peuple client des Vénètes, membres eux-mêmes de la confédération des Britons.
01
Nantua et les cluses de l'Ain, le bas Valais.
Leur nom signifie ceux des vallées
59
peuple belge des Flandres (Cambrai, Tournai).
Leur capitale était Bagacum (Bavai).
Jules César estime à 5000 le nombre de soldats nerviens engagés contre ses troupes.
47
rive droite de la Garonne, entre les vallées du Tarn et de la Dordogne.
Le confluent du Lot et de la Garonne leur appartenait, et c'était un lieu que Jules César convoitait de longue date. L'occupation romaine y fut relativement rapide et peu violente. Leur capitale était Aginnum (Agen)
Leur nom signifie ceux qui ont un pays à eux. Cf. Allobroges.
Jules César estime à 5000 le nombre de soldats nitiobroges engagés contre ses troupes.

         O

29
peuple briton de l'Armorique, aujourd'hui le nord du Finistère et Ouessant.
Leur nom signifie ceux de la mer.
Leur capitale était Vorgium Osismiorum (Carhaix-Plougher.

         P

75
Paris, Parisis.
Arrivés vers le premier siècle avant notre ère, ils occupèrent un territoire concédé par les Senons, auxquels ils étaient apparentés.
Mis à part la cuvette des confluents de la Seine avec la Marne, la Bièvre et l'Ourcq, les Parisii occupaient également la vallée marécageuse de l'Essonne. La Seine était évidemment leur axe vital.
Leur nom signifie peuple des carrières et vient de la palatalisation de Kwarisii, de kwar (carrière).
Jules César estime à 8000 le nombre de soldats parisii engagés contre ses troupes.
24
Périgueux et Périgord.
Leur nom signifie les quatre armées et vient de petuor (quatre) + corio (armée) .
Jules César estime à 5000 le nombre de soldats petrocorii engagés contre ses troupes.
85
ou Pictaves, peuple briton du Poitou et de Vendée, dont une partie a migré en plusieurs vagues vers les îles britanniques, l'Ecosse en particulier.
Leur nom signifie ceux qui se peignent le visage et leur fut donné par Jules César. Celui-ci estime à 8000 le nombre de soldats pictons engagés contre ses troupes. Le bleu de guède ou de pastel dont ils teignaient leurs étoffes, leurs cheveux et leurs étoffes, et qu'ils utilisaient également pour se tatouer, porte encore parfois dans les îles britanniques le nom de bleu picton.
Le vaste golfe des Pictons, autour duquel se trouvaient de nombreux ports, comme Curzon, est aujourd'hui presque entièrement occupé par le marais poitevin.
64
côte atlantique aujourd'hui basque, Bayonne, Hendaye.

         Q

05
Queyras

         R

68
haut-Jura, Sündgau, sud de l'Allemagne, nord de la Suisse, sud des Vosges. Leur capitale était située près de l'actuelle Angst, en Allemagne.
Poussés par la migration des Helvètes, les Rauraques se sont fixés au début de la guerre des Gaules. Jules César estime à 2000 le nombre de soldats rauraques engagés contre ses troupes.
35
partie ouest de la Bretagne, jusqu'aux monts d'Arrée.
Leur capitale était Redon et l'une de leurs autre grandes villes se nommait Condate Redones (Rennes)
Leur nom signifie les conducteurs de chars.
51
Reims.
La Marne était leur axe vital. Traditionnellement alliés des Romains, ils furent l'un des deux grands peuples de la Gaule Celtique totalement absents à Alesia.
Saint-Remi, évêque de Reims qui baptisa Clovis, ne porte pas un nom propre de personne, mais un nom générique désignant son peuple.
Leur nom signifie les premiers et non peuple des bois (de rem, forêt), comme il a été dit.
12
Rouergue, selon les époques parfois clients des Arvernes. Leur capitale était Rutni (Rodez).
La partie principale de ce peuple n'a pas dépassé l'Europe Centrale, l'Ukraine et les Carpathes.
Leur nom signifie les blonds.
Jules César estime à 12000 le nombre de soldats ruthènes engagés contre ses troupes.

         S

61
30
ou Salluviens, Provence, Arles.
On désigne en fait sous ce nom une confédération de peuples d'origine ligure, ou en tout cas transalpine, dont les Elyséens.
Ensérune, oppidum et capitale des Elyséens, était l'une de leurs villes principales. Leur capitale, dont on ignore le nom gaulois, était située sur la colline d'Entremont, au nord d'Aix-en-Provence.
17
Aunis, Saintonge, Angoumois
Parmi leurs ports, Novioregum (Royan).
Jules César estime à 12000 le nombre de soldats santons engagés contre ses troupes.
80
peuple originaire de l'actuelle Ukraine qui fournit aux Romains des contingents de mercenaires pour garder les voies et protéger les convois marchands. Démobilisés après vingt ans de service, comme tous les légionnaires, les Sarmates fondèrent après le I° siècle de notre ère des colonies agricoles. L'une de ces colonies, plus importante et précoce, se trouvait entre Reims, Amiens et Roye.
Les Geloni et les Setucii leur étaient apparentés.
54
peuple d'origine belge dont le territoire était situé entre les vallées de la Meuse et de la Moselle.
69
Forez, Beaujolais, Dombes, Lyon, Roanne, peuple, selon les époques, à la fois client des Eduens, des Allobroges et surtout des Arvernes.
Leur capitale était Forum Segusiavorum (Feurs). Lyon, ville inventée par les Romains, ne fut en réalité jamais capitale d'un peuple gaulois.
05
nord d'Embrun, val de Suse en Italie.
10
Sens.
On désigne en fait sous ce nom une confédération de peuples, dont les principaux au moment de la conquête romaine étaient les Parisii. La Seine et l'Yonne étaient leurs axes vitaux.
Leur capitale était Agedincum (Sens), près de laquelle Labienus, le principal légat et lieutenant de César vint s'établir pendant pratiquement toute la campagne de Gaule, de la bataille de Gergovie à celle d'Alesia, afin de contrôler les routes du nord et de protéger les armées de Jules César des attaques des Belges et des Germains, ainsi que des peuples du nord de la Gaule.
Les Senons de Brennus (nom générique qui signifie "chef de guerre"), quelque deux siècles auparavant, étaient parvenus jusqu'à Rome qu'ils avaient vaincue.
Autissiodurum (Auxerre), Tornodurum (Tonnerre), à l'intérieur de laquelle se trouvait Divona (source de la Fosse Dionne), principal sanctuaire des Senons, Cadussia (Chaource), Aballo (Avallon), Vercelliacum (près de Pierre-Perthuis), par la suite totalement détruite par les Alamans et abritant les sources thermales des Fontaines-Salées, Condate (Cosne-sur-Loire), Aquae (Aix-en-Othe), étaient leurs autres grandes villes. Une partie de ce peuple s'établit en Italie, au sud de la plaine du Pô, vers le cinquième siècle avant notre ère. Pendant la conquête romaine, les Senons de Gaule, menés par Camulogène, furent parmi les derniers à résister à Jules César et Labienus.
Leur nom signifie les anciens, les sages.
Jules César estime à 12000 le nombre de soldats sénons engagés contre ses troupes. Leur ville de Vellaunodunum, dont Jules César fit le siège, n'a pas été localisée.
04
25
ouest de la Bourgogne et Franche-Comté, sources de la Seine, Bresse, Bugey, pays de Gex, présents dans le sud de l'Alsace et la région de Remiremont, capitale Vesontio (Besançon).
Il s'agit en fait d'une confédération de peuples.
Peuple extrêmement puissant deux siècles avant notre ère, ils avaient déjà perdu beaucoup de leur prestige au moment de la conquête romaine.
La Saône les séparait des Lingons. Vix (près de Châtillon-sur-Seine) était l'une de leurs grandes villes.
Jules César estime à 12000 le nombre de soldats séquanes engagés contre ses troupes.
64
80
Roye, est de la Thiérache, peuple client des Sarmates.
54
Sion.
Tout petit peuple client des Leuques.
32
entre Auch et les Sontiates
60
Senlis, peuple client des Suessiones.
Leur capitale était Rotomagus (Champlieu), dans la forêt de Compiègne.
47
ou Sotiates, entre Arcachon et le département actuel du Tarn-et-Garonne.
02
peuple belge du Valois et de la Goële. Leur ville principale était Noviodunum (Soissons).
Deux peuples de moindre importance leur sont rattachés: les Silvanectes et les Meldi.
Jules César estime à 5000 le nombre de soldats suessions engagés contre ses troupes.
04
Vallée du Verdon
67
tribu germaine du chef Arioviste, vainqueur des Eduens en Bourgogne, mais battu par Jules César sur le Rubicon. Leur territoire s'étendait des deux côtés du Rhin sur une très grande surface.
Ils ont donné leur nom au land allemand de Souabe.

         T

65
Tarbes et Dax
Leur principale richesse était la présence sur leur territoire de mines d'or.
Leur nom signifie [la tribu du] taureau.
46
68
tribu germaine d'Alsace, cliente des Suèves. Leur territoire s'étendait des deux côtés du Rhin
31
Toulouse. Ils étaient clients ou apparentés aux Volques Tectosages.
57
Champagne, vallée inférieure de la Moselle. Leur capitale était Augusta Trevirorum (Trèves, en Allemagne).
Leur nom signifie les passeurs.
67
Brumath, Strasbourg
Leur nom signifie tribu des blaireaux.
10
Troyes
Leur nom signifie les trois groupes de guerriers.
26
05
Gap
Leur nom signifie les trois armées
peuple allié des Boïens dans la bataille, mais dont, faute de toute autre information, on ignore le territoire.
37
ou Turous, Touraine.
Leur capitale était Turones (Tours).
Jules César estime à 8000 le nombre de soldats turons engagés contre ses troupes.

         U

05
Oisans
50
Cotentin. Leur capitale était Constantia (Coutances)
67
tribu germaine d'Alsace. Leur territoire s'étendait des deux côtés du Rhin.

         V

57
petit peuple du nord des Vosges et de Worms, en Allemagne.
Au III° siècle, les Vangions sont à Strasbourg.
33
Bordelais, Médoc, Bazas
64
Jules César désigne ainsi le peuple basque, qui, peu de temps avant la conquête romaine, avait été poussé par des tribus ibériques de la côte aujourd'hui espagnole vers les Pyrénées et au-delà. Ils ont donné leur nom à la Gascogne.
06
76
peuple belge du Vexin. Leur capitale était Rotomagus (Rouen)
Jules César estime à 3000 le nombre de soldats véliocasses engagés contre ses troupes.
71
Bourgogne, autour de la vallée de la Saône
43
Velay.
Leur capitale était Ruesio (Saint-Paulien).
Tribu cliente des Arvernes.
84
Comtat Venaissin.
On désigne en fait sous ce nom une confédération de peuples habitant sur les côteaux dominant le Rhône, dont les principaux sont les Cavares, les Tricastins et les Voconces. Très tôt romanisés, ce furent les premiers peuples gaulois à adopter la culture de la vigne, vers le deuxième siècle avant notre ère.
56
golfe du Morbihan, Vannes.
Avant d'arriver en Bretagne, ils avaient créé Venise et plusieurs colonies, comme Vieu en Bugey. Leur flotte, la plus puissante de l'époque, plus moderne que celle de Rome, résista longtemps à Jules César.
Par le port de Corbilo et les îles Cassitérides (peut-être les îles Scilly), ils ont le quasi monopole de la route maritime de l'étain entre l'île de Bretagne et Rome.
Leur nom signifie la lignée.
04
      
60
Vermandois, Noyon. Leur capitale était Augusta Veromanduorum (Saint-Quentin)
Leur nom signifie ceux qui écrasent les hommes.
55
petit peuple peut-être d'origine belge, apparenté aux Médiomatriques dont ils étaient des clients privilégiés.
Leur capitale était Verodunum (Verdun).
38
petit peuple installé sur le plateau du Vercors, l'un des vingt clans voconce.
Selon Pline l'Ancien, certains d'entre eux auraient émigré en Italie et auraient fondé Novare au VI° siècle avant notre ère.
14
Vieux, peuple peut-être client des Bajocasses.
64
rive gauche de la Garonne, au sud des Cocosates.
84
peuple celto-ligure apparenté aux Allobroges, séparés des Meminiens par le mont Ventoux, Vaison-la-Romaine, Die et le Diois.
Leur nom signifie les vingt familles ou clans. Parmi ces vingt clans, les Vertacomicori.
66
Roussillon.
On désigne en fait sous ce nom une confédération de peuples d'origine belge, dont les principaux sont les Volques Tectosages, les Volques Ceretans, les Volques Arécomiques et les Volques Sordons.
Leur capitale était Lodève.
Il ne faut pas les confondre avec les Volsques, tribus ligures qui occupaient le centre de l'Italie avant la prédominance de Rome, mais auxquels ils étaient probablement apparentés.
Leur nom signifie les loups.
34
Hérault, Gard.
Leur capitale était Nîmes.
34
66
Cerdagne
66
plaine du Roussillon
11
Haut Languedoc.
Narbonne était leur capitale; Carcassonne l'une de leurs places-fortes.
Leur nom signifie ceux qui cherchent un toit.
88
[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer cet article ]
 
 Mises à jour
- Comment avez vous trouver ce blog Sondage Le 19/07/2006
- les splendeurs révélées de la civilisation... News Le 30/06/2007
- Déja 1 an Articles Le 27/08/2009
- Gohellium 2004 Photos Le 16/07/2007
- Le Néolithique final Liens Le 21/02/2008
- buvez du lait 2 Vidéos Le 27/07/2007
 
 
 Horloge
 
 Rechercher
 
 
 Newsletter
 
 
 Tchat
 
 
 Statistiques
 1 connecté(s)
 206943 visiteurs
 Depuis le 05/07/2006
 
 Ecouter la radio
 Fun radio
 NRJ
 Rires et chansons
 Chérie FM
 RFM
 Nostalgie
 Radio France
 Z100
 Radio Oldiblog
 
Créer un blog gratuit avec KaZeo | Créer un site | RSS articles RSS articles